Lever de soleil et Air de violon (Arya)

Aller en bas

Lever de soleil et Air de violon (Arya)

Message par Zack Lawliet le Mar 27 Nov - 23:11

Je n'avais pas réussi à dormir de la nuit. Je m'étais tourné et retourné dans mon lit à tel point que j'avais fini par réveiller Orson. Il devait vraiment être dans un drôle de rêve parce que je n'ai compris que quelques mots de ses paroles : lait, miel, salle commune. J'en ai déduis qu'il fallait que j'aille dans la salle où j'allais me faire manger ou alors il me donnait un remède de grand mère à base de miel? Bref, connaissant l'amour qu'avaient les Ours pour le miel, je ne me suis pas attardé pour le savoir.

Je suis allé dans la bibliothèque de ma maison. Il y avait tout un tas de bouquins. De la culture purement sorcière à celle des moldus. J'ai repéré un livre sur la dernière étagère, plein de poussière. Je prends l'échelle de la Bibliothèque, la mets à niveau et grimpe prendre le livre: Platon, La Démocratie. Je venais de dénicher un livre de philosophie. Je regarde ma montre, il était une heure du matin... Dans 5 heures je pourrai aller manger... Aller pourquoi pas philosopher un peu. Je prends le livre, un bloc note et je retourne dans le salon près de la cheminée.

Après 5 heures de lecture voici ce que j'avais retenu : Chez Platon la société est divisée en trois. Les premiers sont les paysans, les artisans, les commerçants qui excellent dans la conduite de la vie domestique. Les seconds sont la classe des guerriers, chargés d’assurer la défense et qui veulent se distinguer par leur bravoure.
Les derniers sont les détenteurs du savoir, à savoir les philosophes. Il en tire une hiérarchie des classes sociales. Pour lui, les philosophes doivent diriger la cité. Les guerriers la défendre et le peuple la nourrir. Cette hiérarchie provient du rapport au savoir de chaque classe sociale. Le peuple est guidé par l’opinion (la doxa) et les illusions et ne peut donc décider rationnellement pour conduire les affaires de la Cité. Les guerriers recherchent la gloire, Platon leur reconnaît de la noblesse, mais une irrationalité car ils se fondent sur leur force physique. Enfin, les philosophes sont dans un rapport intime avec le savoir, ils y consacrent toute leur activité. Il est donc logique, pour Platon, de leur confier les rênes de la Cité. Il en conclut que seule une aristocratie est un régime politique viable... Quel crétin. Donner à une seule personne une once de pouvoir et il deviendra un tyran...

Quand l'horloge sonna 6 heures pile, je descends à la grande salle pour manger un morceau. Rester éveillé ça creuse. Une demi-heure plus tard me voilà dehors, mon balai à la main et des mangas dans mon sac. Je vole jusqu'au parc où je profite des premiers rayons du soleil. Je m'installe alors dans un arbre pour en profiter pleinement. Soudain j'entendis un joli son de violon. Il devait être un peu plus de 7h30. Je m'appuie contre le tronc d'un arbre. Je ferme les yeux et me laisse bercé par ses sons merveilleux.
Zack Lawliet
Zack Lawliet

Emploi : Étudiant
Localisation : Dans un bouquin ou une musique
Messages : 101

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lever de soleil et Air de violon (Arya)

Message par Arya Daniels le Ven 30 Nov - 13:28

Mardi 5 heure du matin…


Je suis assise sur mon lit, je n'arrive plus à dormir ! Cette nouvelle vie me pertube un peu. C'est logique que cela me trouble puisque je n'ai jamais eu l'habitude qu'on soit gentil avec moi, qu'on m'aide, qu'on me remarque, qu'on me questionne. Toutes ses choses sont toutes nouvelles pour moi mais je peux dire que cela me plais. Je fermes les yeux, les jambes croisée sur mon lit tout en reflechisant à ce que tout cela peut m'apporté. Encore personne ne m'a questionner sur ma condition à part cet éléves que j'ai croisé le premier jour de ma venue et qui est partis ce qui me laisse un petit froid. Je ne sais pas vraiment si c'était un sentiment amical ou autre chose que je ressentais à son égart cependant il est partis bien trop tôt pour que je le découvre et sans oublier qu'il était le seul à connaitre se que je suis.

J'ai encore peur que quelqu'un le découvre, qu'on ai peur de moi si on découvre ce que je suis. Si seulement, je pouvais être sur que personne ne fuirais face à moi ! Je sais que tôt ou tard, ils finiront par se questionner sur beaucoup de chose me concernant. D'abord, je me déplace sans bruit, un atout pour ma part, je ne mange pas avec eux. Normal puisque j'ai une autre forme de nourriture ! J'ai des comprimé de sang, ma nourriture. Rajouté à cela que j'évite le plus possible le soleil.

A part tout ça, je ressemble à tout le monde.

Quelques minutes plus tard, je me lève, fait mon lit et me dirige vers mon placart pour prendre des vêtements et tout cela sans faire de bruit. Le silence règne dans le dortoir, je pourrais largement apercevoir chacune des filles mais je n'ai aucune envie de m'attardé sur ça. Une fois mes vêtements en main, je me dirige vers la salle de bain afin de prendre une douche. Une demi heure plus tard me voila toute fraiche, habillé.

Je remonde doucement les escaliers qui me conduit jusqu'au hall d'entrée. Je n'ai pas besoin de me rendre dans la grande salle puisque je ne mange pas comme eux. Je pourrais si je le voulais passer par cette salle mais j'ai peur que le fait de ne rien manger attise leur curiosité et je ne suis pas encore prête à dévoiler ce que je suis.

Le soleil n'est pas encore levé, je peux donc largement sortir sans protection, bien que j'ai au préalablement préparer une paire de lunette solaire, de la crème pour ma peau et même une ombrelle si le soleil tape un peu fort.

Il est alors presque 7 heure je continue ma route jusqu'au parc un peu d'air me fera du bien avant que j'ailles en cours. Ma petite fée vient de me rejoindre, je souris en lui tendant ma main, délicatement elle viens s'y déposé. Je ne peux m'empêcher de l'admirée et a chaque fois je me remémore notre premiére rencontre. Je suis attiré par le son d'un violon, c'est merveilleux ! Je m'approche alors d'un arbre sous lequel je m'assieds avec mon bel oiseaux qui voltige à mes cotés.  Une fois installé, je sort mon carnet de dessin et me met à dessiné les contours de mon amie, la seule que j'ai actuellement. J'ai fais quelques connaissance mais rien qui mène à une amitié actuellement. J'aimerais tellement me sentir moins seul !

Il est 7h30 bercer par la douce mélodieux qui hantent mes oreilles, je couche sur papier ma petite fée. Je l'adore, elle est venue se déposée sur un de mes genoux et je peux délicatement faire apparaitre son portait à coup de crayon sur papier.

J'étais concentré dans mon dessin quand tout à coup, j'ai entendu un léger bruit, comme un bruissement d'aile quelque chose d'assez effrayant en tout cas pour ma petite fée parce que la peur la fait fuir de mes genoux. Je l'ai regardé faire surprise, je pense que je connais ce bruit, on dirait l'envol d'un aigle, un des ennemis de mon colibri puisque la plupart d'entre eux se nourrisse de petit oiseau et il faut avoué que ma petite fée n'est pas grande. Je me suis lever avec la peur au ventre qui lui arrive quelque chose. Je la suis alors du regard et elle s'envole pour allez se refugiez dans l'arbre qui se trouve juste au dessus de moi.

Sans la quitter des yeux, elle s'envole puis doucement je la vois se déposé sur l'épaule d'un jeune homme se trouvant dans l'arbre juste au dessus de moi. Je suis surprise et un peu gênée par la situation. Le jeune avait l'air d'être plongé dans ses pensées et ma petite fugueuse vient certainement d'interrompre un de ses rêves.

Je ne peux cependant m'empêcher de le regarder, son visage est si serein que je me trouve embarrassée par ce qui vient de se passer. Ne sachant que dire ou que faire, je dis la premiére chose qui me passe par la tête.

" Pardonnez moi, elle n'avait pas l'intention d'interrompre vos pensée...mais elle a pris peur et apparemment elle a pris votre épaule pour un endroit sécurisant..."

J'ai peut-être l'air idiote mais c'est la vérité. Je pourrais trés bien l'appeler mais la scène est si merveilleuse que j'ai peur de briser ce tableau qui apparait devant mes yeux.
Arya Daniels
Arya Daniels

Emploi : Etudiante
Localisation : //
Messages : 58

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lever de soleil et Air de violon (Arya)

Message par Zack Lawliet le Mer 12 Déc - 17:48

Je dormais sur ma branche. Oui le son du violon m’avait endormi. J’avais la chance d’être bien installé et d’avoir un bon sens de l’équilibre sinon je serais tombé je pense. J’avais laissé mon manga sur mes genoux et j’étais parti au pays des songes sans m’en rendre compte. En même temps, après une nuit blanche, cela n’avait rien d’étonnant. Je n’entendis même pas Winter venir se poser sur la branche au-dessus de moi. Non ce qui me réveilla fut une caresse dans le cou. Ce qui me parut des plus étrange au vu de ma position actuelle. Mais le chatouillement était bien réel. Et il faisait du bruit.

En mettant délicatement ma main dans mon cou pour essayer d’attraper ce qui m’avait réveillé sans lui faire mal, je me rendis compte que c’était un petit colibri. J’y allais donc doucement. Je le regarde avec de grands yeux. Il est vraiment magnifique. J’en avais déjà entendu parler mais j’en avais jamais vu. Puis j’entends une voix. Je regarde en bas et je vois une fille… Mince c’est quoi son nom déjà ? Elle traine avec Lee… Merde… Le petit colibri s’envole pour se nicher dans mon cou. Ca me chatouille et me fait sourire. J’ai pas l’habitude de sourire alors je ne sais pas trop quel effet ça fait.

Ca va ne t’inquiète pas y a pas de mal. Elle ne me dérange pas. Elle m’a peut-être même empêché de tomber si ça se trouve. Je me suis endormi sur la branche et je serai peut-être tombé dans mon sommeil. Attends bouge pas je descends. Je vais pas rester là-haut alors que tu es en bas, c’est pas sympa… 

Je remets mon bouquin dans mon sac et descends doucement. Déjà je voudrais pas me ramasser devant la demoiselle et enfin je voudrais pas faire de mal au colibri qui est toujours dans mon cou en tombant comme un gros lourdaud. Je descends de mon arbre un peu à la Tarzan. (D’aussi loin que je m’en souvienne j’ai toujours aimé grimper aux arbres.) Et je vais me présenter.

Salut moi c’est Zack. Je n’ai pas le souvenir que l’on se soit déjà parlé. Si c’est le cas tu m’en vois désolé mais j’ai oublié ton nom. Mais je sais que tu es de Poufsouffle et que tu trainais avec Lee. Et ne t’en fais pas elle ne m’a pas dérangée le moins du monde. Elle est mignonne comme tout. Mais je croyais être le seul à être aussi matinal. Enfin moi et la personne qui joue du violon quelque part pas loin… Soudain je me rends compte que je la tutoie alors qu’elle m’avait vouvoyé. Désolé je viens de me rendre compte que je suis passé au tutoiement sans savoir si c’était correct de ma part. Pardon
Zack Lawliet
Zack Lawliet

Emploi : Étudiant
Localisation : Dans un bouquin ou une musique
Messages : 101

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lever de soleil et Air de violon (Arya)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum